Association Cyclamen

Accès rapide

Vous êtes ici : Accueil > Pétale "VEILLEURS" > Actions de terrain > Zéro pesticide

Zéro pesticide

  • Publié : 5 février 2015
  • Mis à jour : 16 juin 2015

Cyclamen participe à l’opération "0 pesticide" en sensibilisant les élus, les jardiniers.

Quelques généralités

-  La France, championne d’Europe

  • La France est le premier pays consommateur de pesticides en Europe.
  • 8o ooo tonnes sont déversées chaque année par les agriculteurs ...
  • ... mais aussi ,de façon non négligeable, par les particuliers (1 400 tonnes )
  • ... et les collectivités (1 150 tonnes)

- Conséquences sur l’environnement et notre santé

  • La pollution de l’eau qui en résulte est due pour 6O % à l’agriculture et pour 40 % aux particuliers et aux collectivités.
  • Une seule goutte de pesticide pur peut rendre impropre à la consommation plusieurs centaines de milliers de litres d’eau.
  • Après un certain temps, la plupart des pesticides se dégradent en nouveaux produits parfois plus polluants et plus stables que la substance initiale.
  • On retrouve ces pesticides dans l’air, dans les eaux de pluie, dans les sols, dans les nappes phréatiques, dans nos jardins, dans nos maisons, dans les aliments et, par conséquent, dans nos organismes.
  • Nous sommes contaminés par inhalation, par ingestion, par contact avec la peau. *- De récentes études ont montré que, la combinaison des différents pesticides à laquelle nous sommes régulièrement exposés (l’effet cocktail) entraîne de dangereuses réactions en synergie.
  • Les maladies qui en résultent : cancers, maladies neurologiques, effets sur la reproduction et sur le système immunitaire...

Zéro pesticide dans nos villes et villages

La FRAPNA par sa Charte régionale s’engage pour réduire l’utilisation de pesticides dans les communes.
Tout savoir sur cette action

RÉSUMONS !

- Tout d’abord ...

  • Contacter les maires
  • La FRAPNA ira dans les conseils municipaux porter l’information.
  • Demander aux conseils municipaux une délibération pour acter leurs engagements.

- Ensuite ... Faire un diagnostic, former et informer

  • Les communes devront diagnostiquer les espaces à désherber perméables ou non, évaluer la fréquentation du public, faire un état des lieux des pratiques sur leurs territoires, réfléchir aux solutions les plus adaptées au cas par cas et aussi en fonction du nombre d’employés municipaux.
    Il est très important de ne pas vouloir tout bouleverser d’un coup mais de changer les habitudes progressivement.
  • Comment faire cette évaluation ? Soit en interne, soit avec un prestataire externe, sachant que dans ce cas le coût est pris en charge à 50 % par l’agence de l’eau. La FRAPNA dispose d’un listing de prestataires pour la région.
  • Une formation des agents est indispensable, ils doivent être partie prenante dans cette démarche.
  • La communication avec les administrés est également importante. Elle peut se faire par des manifestations diverses, des articles dans les bulletins communaux, une sensibilisation des jardiniers amateurs, des panneaux "Espace sans pesticides". La FRAPNA propose également différents outils pour ouvrir la réflexion.
  • Une concertation avec les acteurs impliqués dans la création de nouveaux aménagements est indispensable.
  • La FRAPNA propose un appui technique et L’agence de l’eau un appui financier pour les communes décidées à amorcer ce changement.

- Trois niveaux pour atteindre en 5 ans l’objectif zéro pesticides

  • Niveau 1 : suppression partielle.
  • Niveau 2 : suppression des herbicides sur les zones à risques.
  • Niveau 3 : suppression de tous les pesticides.

- Lois en vigueur ou à venir

  • En 2008 Plan Ecophyto, suite au Grenelle de l’environnement : réduire de 50 % les pesticides en 10 ans.
  • Des arrêtés de 2006 et 2011 encadrent leur utilisation dans les collectivités.
  • Au 1er janvier 2020 interdiction partielle des pesticides
  • En 2020 interdiction de vendre des pesticides aux non professionnels.