Association Cyclamen

Accès rapide

Vous êtes ici : Accueil > Pétale "VEILLEURS" > Affaires classées

Affaires classées

Décharges sauvages

La gestion des déchets est régie par l’article L541-2 du code de l’environnement.
Dans tous les cas, les dépôts sauvages sont interdits.
Sur la route de Lornay, le long du Fier
Suite à l’intervention de notre sentinelle, le président de la Frapna 74 est intervenu auprès du Maire de Rumilly. Celui-ci dans un courrier en date du 11 juillet 2014 a répondu :
Cette décharge est située sur une parcelle privée de la commune de Moye
Le SITOA (Syndicat mixte Interdépartemental de Traitement des Ordures de (...)

2009 : Les mâchefers de Vouchy (Saint Sylvestre)

Les mâchefers sont les résidus d’incinération des ordures ménagères. Certains sont valorisés en sous couche routière, d’autres, plus nocifs, doivent être stockés en décharge de classe 2.
En décembre 2009, des habitants signalent à Cyclamen un dépôt de mâchefers à Saint Sylvestre. Prévenue par Cyclamen, la FRAPNA contacte la DRIRE qui se rend sur place et constate les faits.
On découvre que l’entreprise Eco matériaux service a été contactée par la société Eurovia pour prendre en charge 2000 tonnes de (...)

Le marais de Vautrey

Le conflit du marais de Vautrey à Cusy est à l’origine de la constitution de Cyclamen. Il a beaucoup marqué et divisé la population de Cusy. Il n’est pas terminé à ce jour. La disproportion entre l’énergie, le temps dépensé par l’association et les résultats obtenus semble quelque peu décourageante. Elle confirme malheureusement le sentiment bien ancré chez certains que le crime paie, que les « gros » s’en tirent toujours et qu’il est donc inutile de faire quoi que ce soit. Elle a mis en évidence tous les (...)

La carrière de Bellecombe

En mars 2004, la société des Carrières de Bellecombe demandent le plus discrètement possible (l’enquête publique a lieu au mois d’août) un renouvellement anticipé d’exploitation sur son site des Blanchets. Malgré une vive opposition des associations et de pas mal d’élus (dont les élus régionaux), le Préfet accordera l’autorisation.
Les raisons
L’autorisation de la carrière en cours d’exploitation est alors valable jusqu’en 2019. Mais il s’agit d’anticiper les contraintes environnementales qui s’annoncent : (...)